Bannière
Accueil Qui sommes-nous? Activité Hypo quoi? Bibliographie Membres Dons News !! Contact Liens
bannière b

  

HYPO QUOI ?

   G        fg

2) Un peu d'histoire: de Zátopek à nos jours

(d'après l'ouvrage "l'entraînement en hypoventilation, repoussez vos limites", Xavier Woorons, 2014, 176 p.)

 

1950: Les pratiques des coureurs de l'Est

Au milieu du 20ème siècle, les coureurs à pied des pays de l'Europe de l'Est et de l'ancienne URSS avaient l'habitude de s'entraîner en réduisant volontairement leur fréquence respiratoire. Le plus célèbre d'entre eux était Emil Zátopek, le coureur de fond tchécoslovaque détenteur de 4 titres olympiques entre 1948 et 1952 et de 18 records du monde. Il lui arrivait régulièrement de courir en bloquant sa respiration le plus longtemps possible afin de renforcer sa capacité pulmonaire et de simuler les conditions de compétition. Une fois, il maintint sa respiration si longtemps qu'il alla jusqu'à perdre connaissance. A cette époque, on ne savait pas si ce genre de pratique extrême était réellement efficace mais elle n'était en tout cas pas sans risques pour les athlètes.

 

1970: Une nouvelle méthode en natation

Après les Jeux Olympiques de Mexico (2200 m d'altitude) en 1968, on commença à réfléchir à l'intérêt de s'entraîner en altitude pour améliorer la performance sportive. Au début des années 1970, un des plus grands entraîneurs de natation, l'américain James Counsilman, émit l'hypothèse que si les nageurs s'entrainaient en respirant moins fréquemment, ils pourraient simuler un entraînement en altitude, ce qui induirait des adaptations physiologiques favorables à la performance. C'est ainsi qu'à cette époque, une nouvelle méthode vit le jour et connut un large succès dans le monde de la natation: l'entraînement en réduction de fréquence respiratoire, plus classiquement appelé "entraînement en hypoxie". A chaque séance, un grand nombre de nageurs parcouraient des distances en inspirant tous les 5, 7 voire 9 mouvements de bras au lieu des 2 ou 3 mouvements habituels.

 

1980: L'application par les coureurs de demi-fond

Dans les années 1980, alors que l'engouement pour l'entraînement en hypoxie ne se dément pas en natation, on retrouve aussi des formes d'entraînement en hypoventilation dans le monde de l'athlétisme. Un des fervents de cette méthode était  l'entraîneur de course de demi-fond brésilien Luiz De Oliveira. Notamment connu pour avoir entraîné Joaquim Cruz, champion olympique du 800 m à Los Angeles en 1984, et Marie Decker, championne du monde du 1500 m et 3000 m en 1983 à Helsinki, De Oliveira mettait régulièrement en place avec ses athlètes des exercices de blocage respiratoire. Ces exercices consistaient à courir plusieurs dizaines de mètres sans respirer ou à maintenir sa respiration dans les 30 derniers mètres des séries d'entraînement afin de reproduire la fatigue des fins de course. Bien que pratiquée de manière plus rationnelle que les coureurs de l'Est des années 1950, cette forme d'entraînement ne s'appuyait néanmoins toujours sur aucune base scientifique solide.

 

1980-1990: Les premiers travaux scientifiques

C'est à partir des années 1980 que les premières études scientifiques sur les formes d'entraînement en hypoventilation appliquées en natation ou en course furent publiées. Les résultats des recherches n'allaient pas dans le sens des hypothèses formulées jusqu'alors par le monde sportif et remirent en cause la légitimité de ce type d'entraînement. Les études scientifiques démontrèrent en effet que si la technique respiratoire augmentait les concentrations en CO2 dans l'organisme, elle ne réduisait pas de manière significative les concentrations en O2. Malgré ces conclusions, l'entraînement en réduction de fréquence respiratoire continua à être largement appliqué en natation dans les années qui suivirent, devenant même une méthode d'entraînement classique encore souvent appelée de nos jours "entraînement en hypoxie".

 

2000-2014: L'hypoventilation nouvelle formule!

Dans les années 2000, de nouveaux travaux scientifiques furent entrepris par le laboratoire "Réponses cellulaires et fonctionnelles à l'hypoxie" de l'Université Paris 13 afin de proposer une nouvelle approche de l'entraînement en hypoventilation. Le Dr. Xavier Woorons émit l'hypothèse qu'on pourrait sans doute obtenir une baisse significative de l'O2 dans le sang si les blocages respiratoires étaient réalisés avec une quantité d'air réduite dans les poumons. Jusqu'alors, l'hypoventilation s'était toujours faite avec des poumons remplis d'air au moment des blocages respiratoires. Les résultats des études publiées furent très encourageants. Ils montrèrent que l'application de la technique du expirer-bloquer au cours de différents types d'exercices (vélo, course, natation) permettait de réduire très significativement les concentrations en O2 à la fois dans le sang et dans les muscles. Sans quitter le niveau de la mer, et sans utiliser d'appareils coûteux, on pouvait ainsi s'entraîner virtuellement à plus de 2000 m d'altitude! Pour tester l'efficacité de la nouvelle méthode d'hypoventilation, des coureurs à pieds s'entraînèrent durant 4 semaines en appliquant la technique du expirer-bloquer. A l'issue de la période d'entraînement, on constata que l'hypoventilation avait provoqué des adaptations physiologiques qui permirent de repousser le seuil d'apparition de la fatigue, améliorant au final la performance de la grande majorité des coureurs. Dans les années qui suivirent, d'autres études scientifiques démontrèrent l'efficacité de l'entraînement en hypoventilation nouvelle formule.

 

2015: aujourd'hui

logo                                                                                                                                        A ce jour, les travaux entrepris au cours de ces dix dernières années permettent de conclure que l'entraînement en hypoventilation à bas volume pulmonaire est avantageux dans les activités exigeant des efforts intenses, de courte ou moyenne durée. C'est également une méthode d'entraînement intéressante pour se préparer à des épreuves d'endurance réalisées en altitude, telles que le trail par exemple. Finalement, l'entraînement en hypoventilation représente une méthode de préparation physique innovante, susceptible d'être appliquée par un grand nombre de sportifs et dans des disciplines sportives très variées.

G                                                                               fg

 

 

French  English 



Le premier livre sur l'entraînement en
hypoventilation

Livre xavier woorons



ligne



Xavier Woorons Respiratory physiology neurobiology
Etude scientifique sur l'entraînement en hypoventilation (2014)


ligne



sport et vie
"Bienvenue dans l'hypoxie": un article sur l'entraînement en hypoventilation
 


ligne



xavier woorons international journal sports medicine
Etude scientifique sur l'entraînement en hypoventilation (2011)



ligne




Discussion sur l'entraînement en hypoventilation



trait



xavier woorons european journal of applied physiology
Etude scientifique sur l'entraînement en hypoventilation (2010)



trait



FIGARO
Article de presse sur l'entraînement en hypoventilation



trait



Xavier Woorons Respiratory physiology neurobiology
Etude scientifique sur l'entraînement en hypoventilation (2008)



trait



logo P13
Laboratoire "Réponses
cellulaires et fonctionnelles
à l'hypoxie".


trait













































Accueil Qui sommes-nous? Activité Hypo quoi? Bibliographie Membres Dons News Contact Lien

Copyright © 2013 - www.hypoventilationtraining.com - Tous droits réservés